FRONSAC

FRONSAC

Il y a 2 siècles, les vins du Fronsadais prédominaient ceux du Libournais ( Saint-Emilion – Pomerol – Castillon ) ,

ils jouissaient d’une plus forte réputation et se vendaient alors à des prix plus élevés que ceux de Saint-Emilion et les Pomerol. 

Aujourd’hui, la région de Saint-Emilion-Pomerol-Fronsac est le plus grand berceaux gallo-romains de la vigne en Bordelais. Les premières vignes – plantées à Fronsac – datent de 2 000 ans.

Après avoir fait construire une tour de guet en 769 sur les hauteurs de laMotte de La Rivière, Charlemagne édifia en 770, sur le Tertre de Fronsac une puissante forteresse, « Fronciacus » à l’origine du nom de Fronsac apparaît à cette époque.
En 1663, le Duc de Richelieu fait l’acquisition des terres du Duché de Fronsac. Dès lors, la notoriété des vins de Fronsac ne cessera de s’étendre. Au XVIIIe siècle, la révolution qualitative des vins de la région prend ses racines ici et l’essor du commerce maritime mondial contribuera largement à établir le vignoble de Fronsac parmi les plus nobles du bordelais.

Sa surface est de 1 120 hectares, (840 pour Fronsac et 280 pour Canon-Fronsac) répartis sur 7 communes : Fronsac, Saint-Aignan, La Rivière, Saint-Michel de Fronsac, Saint-Germain-la-Rivière, Saillans et Galgon.
La densité minimum de plantation y est de 5 000 pieds à l’hectare. L’appellation Fronsac compte 153 viticulteurs.
La superficie moyenne des propriétés est de 7.92 hectares et la production moyenne annuelle atteint 6 680 000 bouteilles, soit 560 000 caisses par an.

Chacun des crus reflète la passion de son propriétaire pour sa vigne et son vin.